Gang des Introvertis

Hypersensiblité : ces choses qui sont difficiles à vivre au quotidien… et ces autres choses dont je suis fière

Il y a 2 semaines

Dans ma vie, j’ai expérimenté un certain nombre de choses qui sont à mon sens intimement liées à mon hypersensibilité. Certaines sont positives, d’autres plus négatives. J’ai eu envie de vous en parler ici.

C’est quoi, être hypersensible, au juste ?⁣⁣⁣⁣⁣⁣ ⁣⁣⁣Il s’agit, comme son nom l’indique, d’une sensibilité supérieure à la moyenne. Une sensibilité accrue, envers notre environnement, relative à nos relations avec les autres, une sensibilité physique, intérieure…⁣⁣⁣⁣⁣⁣
⁣⁣
Dans cet article, je vous propose de vous apporter mon propre témoignage autour de mon hypersensibilité, cette particularité qui fait partie intégrante de ma vie, que je ne peux plus nier, que j’ai décidé d’assumer pleinement aujourd’hui.⁣⁣⁣
⁣⁣⁣
J’ai eu envie d’apporter une approche un peu plus personnelle à l’hypersensibilité, car je pense qu’elle diffère selon les personnes et que chacun.e aura une histoire particulière à vous raconter. ⁣⁣⁣

Il s’agit de mon témoignage personnel

Je voudrais également insister sur le fait qu’il s’agit d’un témoignage personnel, fondé à partir d’expériences personnelles, et que votre relation avec l’hypersensibilité peut être différente.⁣⁣⁣
⁣⁣⁣
À noter que je ne suis pas psy, que je n’ai aucun diplôme dans ce domaine. Il s’agit encore une fois d’un article personnel en rapport avec l’hypersensibilité.

Dans un premier temps, j’ai envie de commencer par le négatif, parce que ça nous laissera sur une note positive sur la fin et puis parce que ces choses sont souvent handicapantes dans la vie quotidienne. Ces particularités, je travaille dessus et je pense qu’elles parleront à certaines personnes.

1. Je le remarque vite, lorsque quelque chose ne va pas.

Au-delà des mots et de simples gestes, je ressens tout, comme si j’étais une éponge. Je m’imprègne de vous, de vos émotions, positives… et négatives.

2. Je vois tout, y compris ce que voulez cacher, même si je fais comme si de rien n’était pour ne pas vous gêner.

C’est une qualité dans un sens, mais parfois, c’est extrêmement fatigant, car ça me prend beaucoup d’énergie. J’aimerais de temps en temps fermer mon esprit et vivre l’instant.

3. Si vous allez mal, je vais aller mal, moi aussi.

Je vais me sentir complètement démunie, rongée par la culpabilité de ne pouvoir vous aider davantage. Je vais tenter par tous les moyens de trouver une solution à votre problème.

4. L’anxiété me bouffe souvent.

Je peux ne pas dormir pendant plusieurs jours car quelque chose de complètement anecdotique pour d’autres va me tracasser, comme une parole mal interprétée ou un simple appel téléphonique.

5. Mes sens sont très impactés par mon environnement, surtout mon ouïe.

Je suis parfois obligée de porter des bouchons d’oreille quand j’entends un bruit trop répété ou alors je dois m’éloigner vite, à cause de ces trop nombreux stimuli.

6. Une vive émotion négative comme la tristesse ou la colère va déteindre sur mon état physique.

nausée, crise de larmes, difficultés à respirer, impossibilité de manger. Si vous ne le voyez pas, c’est parce que j’ai pris la fuite, par pudeur, préférant vivre ça seule.

7. Je peux très mal prendre une remarque, un geste, un message écrit.

Même si me faire mal n’était pas intentionnel. Ça peut me trottiner dans la tête pendant des mois, des années, sans que je sache quoi faire de tout ça.

8. Je vis tellement tout intensément et me pose tellement de questions tout le temps que je suis incapable de vivre pleinement l’instant présent.

À mon grand regret. J’essaie de rationaliser, ça m’aide, mais ce n’est pas toujours suffisant.

9. Je pense trop.

Je ne sais pas si c’est directement relié à l’hypersensibilité, mais ça peut jouer dans mon cas. Ça m’empêche d’être productive, concentrée, bien ancrée dans le réel au moment voulu.

10. Je pleure assez facilement : que l’émotion soit positive ou négative, les larmes montent sans prévenir.

Encore une fois, je me planque souvent… Je n’arrive pas très bien à maitriser ce trop-plein d’émotions qui arrivent sans prévenir comme je le voudrais. Mais j’y travaille.

11. Je suis tout ou rien. Si je suis en colère, je le suis à 1000%.

C’est pour cette raison que j’ai autant besoin de solitude : je ne sais pas me contrôler et j’ai peur de mes réactions à vif. Je m’absente donc un moment pour réfléchir et me calmer, me remettre de ce que je viens de vivre.

12. J’ai parfois du mal à me concentrer sur une tâche en particulier

…Tellement mes émotions sont vives et tant je me sens submergée. Je peux perdre facilement tous mes moyens.

13. Je fatigue vite.

À force d’être exposée à de nombreux stimuli (discussions, bruit, lumière forte, foules…) j’ai besoin de me reposer et très vite, même si j’ai passé un bon moment. C’est un trait de mon introversion, mais directement relié à mon hypersensibilité, d’une certaine façon.

14. Dans une situation compliquée, à chaud, je peux perdre toute rationalité et faire une analyse erronée de chaque détail.

Je vais ressasser, quitte à me persuader que le monde entier me veut du mal, ce qui n’est pas vrai.

Et à l’inverse… Pourquoi mon hypersensibilité est si précieuse ? Parce qu’elle fait partie de moi. Parce qu’elle me fait aussi vivre des choses merveilleuses parfois, parce qu’elle peut être mon moteur quand elle ne me submerge pas.⁣ Alors passons au meilleur ensemble.

1. Je remarque toutes les belles choses qui se passent autour de moi.

C’est ma façon à moi d’être heureuse, et de me connecter au monde. Je retrouve de la beauté partout, dans la pluie qui tombe contre ma fenêtre, l’odeur d’un livre, une mélodie nouvelle ou familière.

2. Mon imagination prend presque toute la place dans ma vie.

Parfois trop diront certain.e.s, mais jamais assez pour moi. Je rêvasse beaucoup et c’est mon moteur dans la vie, je l’avoue.

3. Cette imagination me donne tout le temps envie de créer.

C’est un besoin, je suis sans arrêt en train de réfléchir à des trucs dans mon coin, à bidouiller, à les écrire dans un coin. Mon esprit déborde d’idées, que je note partout, partout… partout.

4. Je suis très passionnée.

J’aime intensément les êtres et les choses. Je ne peux pas aimer à moitié, entreprendre à moitié, faire les choses à moitié. Je donne tout ou rien du tout, c’est comme ça.

5. Je suis très sensible à l’art, surtout à la musique, qui me permet de vivre des expériences sensorielles, émotionnelles incroyables.

Je suis incapable de vous décrire ce qui se passe dans ma tête, tant son impact est intense. Je suis si reconnaissante de pouvoir vivre avec cette capacité d’émerveillement. Ça nourrit ma curiosité et mon imaginaire, par extension.

6. J’observe attentivement.

Ce qui fait que je remarque des petits éléments que d’autres ne remarqueraient pas en temps normal.

7. Je suis a priori synésthète : je vois des couleurs et des textures quand j’écoute de la musique.

Depuis l’enfance, je classe les sons que j’entends selon les couleurs, je n’ai appris l’existence de ce phénomène que bien plus tard.

8. J’ai énormément d’empathie.

Je suis totalement à l’écoute des autres et j’arrive à me représenter tout ce qu’elles peuvent ressentir ou ce qu’elles ont un jour pu vivre quand elles me parlent d’elles-mêmes.

9. Mon instinct, bien qu’épuisant parfois, me trompe rarement.

J’arrive à voir quand on me ment, quand on me cache quelque chose, quand on ne me veut pas du bien, ou quand un projet est voué à l’échec, mais qu’on n’ose pas me le dire sincèrement. J’anticipe le crash, même si parfois je me voile la face.

10. Mon introversion et ma solitude me permettent d’éviter de subir trop de stimuli d’un coup.

Sinon, je fatigue vite et je me retrouve dans une situation où je peux être très vulnérable.

11. Penser trop m’épuise beaucoup.

Mais ça peut aussi être une qualité, qui peut amener à la naissance d’idées ou de projets, mais aussi créer des liens forts avec d’autres personnes, et me lancer dans des conversations qui n’en finissent pas.

12. Je pleure beaucoup et c’est quelque chose que je considère comme libérateur.

C’est mon moyen à moi de me purger de mes émotions. Je le fais la plupart du temps seule, à l’abri des regards, par pudeur. Je me cache assez bien.

13. Je ne sais pas m’ennuyer.

Ma curiosité débordante et mon envie de vivre intensément chaque instant font que je trouve toujours une activité à faire. Il y a toujours un motif pour combler ma soif d’apprendre et de comprendre toute chose.

14. Même si je rêve beaucoup, je suis aussi très consciente de ce qui se passe à l’intérieur de moi.

De ce que je ressens derrière toutes ces couches de moi-même dans lesquelles je m’enveloppe souvent.

Je m’arrête là pour le moment. Mais il y a tant de choses dont j’adorerais vous parler. Alors… à la prochaine fois.